LE CHANT DU COQ

LE CHANT DU COQ

En collaboration avec l’Atelier Delcoration

Nous avons été sollicités pour restaurer ce fixé sous verre datant du XIXe siècle. Cette enseigne située à Versailles au-dessus de la boutique « Le chant du Coq » au 98, rue de la Paroisse à Versailles, présentait un état d’altération avancé qui nuisait à la lisibilité de l’ensemble et à son appréciation esthétique.

Témoin historique d’un archétype de ce type d’enseignes réalisées au XIXe siècle . Les techniques de fabrication sont encore très mal documentées, et les études de restaurations sont très rares.

Tous les acteurs de cette sauvegarde du patrimoine urbain ont été récompensés par la ville de Versailles pour ce projet ambitieux

LE CHANT DU COQ

Le projet initial prévoyait une recréation de la toile présentant les épis de blés. Finalement nous avons pu sauvegarder la toile fixée sous verre afin de conserver au maximum son intégrité matérielle.
La toile en partie désolidarisée a pu être entièrement déposée de son support dans son intégralité.

Les quelques écailles de couche picturale désolidarisées de la toile on pu être récupéré afin d’être repositionnées à leur place d’origine par la suite.

LE CHANT DU COQ

La toile déposée a été mise à plat, les déformations ont été résorbées. La couche picturale a ensuite été décrassée, refixée puis renourrie. Les matériaux originaux ont ainsi retrouvé en partie leur qualités initiales. Ce qui nous a permis par la suite d’intervenir au minimum pour sa sauvegarde.

Les déchirures du support ont été résorbées et l’ensemble a ensuite été doublé avec des matériaux légers. La toile étant très oxydé, celle-ci présentait la nécessité d’un soutien structurelle. L’utilisation de toile et d’adhésifs synthétiques, neutre et stables dans le temps nous permettent d’apprécier encore aujourd’hui le revers original du support.

LE CHANT DU COQ

L’intégration picturale illusionniste nous a permis de rendre lisible la composition du sujet et appréciable sa qualité esthétique.

Le sujet a ensuite été repositionné dans son décor d’origine traité par l’Atelier Delcoral.

L’ensemble a ensuite été replacé in situ au-dessus de la Boulangerie le chant du Coq, afin de reprendre tout son sens usuel retrouvé et préservé.
La réussite collaborative de ce projet, en appel d’autres permettant ainsi de préserver ce patrimoine commun devenu rare.

Ce travail collaboratif nous a permis de documenter d’avantage les techniques propres à ces créations témoins de leur époque, de mettre en œuvres des techniques de restauration propres à ce type d’objets. La situation géographique proche de l’Atelier nous permet de surveiller régulièrement l’œuvre, afin de documenter son adaptation à son environnement et le vieillissement des matériaux utilisés lors de la restauration, complétant ainsi parfaitement notre travail du conservateur-restaurateur. En effet, l’œuvre est particulièrement exposée à la lumière, et aux fortes variations de températures et d’hygrométrie exacerbées par la présence du verre, mettant ainsi à rude épreuves nos interventions.